Ecole et handicap : comment mieux accompagner les élèves ?

Le gouvernement prévoit un meilleur accompagnement des élèves en situation de handicap. Renforcement des formations, revalorisation des métiers des équipes éducatives, meilleurs accueil des écoliers… Quelles sont les mesures prévues pour la rentrée 2019 ?

Près de 350 000 élèves en situation de handicap sont scolarisés dans les écoles publiques et les établissements privés relevant du ministère de l’Education nationale. Ils bénéficient pour certains d’une auxiliaire de vie scolaire (AVS), pour d’autres d’un accompagnement éducatif adapté, ou encore d’outils numériques pour leur permettre de suivre une scolarité la plus proche possible de celle des autres élèves. Pourtant, 48 000 familles restent toujours sans solution d’accompagnement adaptée pour leur enfant, déplore l’Union nationale de représentation et de défense des intérêts de personnes handicapées intellectuelles (Unapei) sur son site internet. Depuis octobre 2018, le ministère de l’Education est engagé avec le secrétariat d’Etat aux Personnes handicapées afin de permettre aux enfants en situation de handicap de suivre une scolarité comme les autres. Ce 11 février 2019, des propositions ont été présentées à Jean-Michel Blanquer et Sophie Cluzel. 

Ecole et handicap : quelles sont les mesures pour 2019 ? 

  • Jean-Michel Blanquer a confirmé que les contrats aidés précaires seraient transformés en contrats pérennes d’Accompagnant d’élève en situation de handicap (AESH). « Dès la rentrée 2019, tous les accompagnants des élèves en situation de handicap auront un contrat pérenne. Ces CDD de trois ans seront renouvelables une fois, avec à la clef un CDI », précise le ministère de l’Education dans un communiqué. Ainsi, le statut des accompagnants sera harmonisé sur tout le territoire, dès le mois de juillet 2019.
  • Pour mieux accueillir les élèves handicapés, Jean-Michel Blanquer prévoit aussi de mieux former les enseignants avec 60 heures de formation par an.
  • Revalorisation des métiers. Les accompagnants devraient enfin être reconnus comme des professionnels à part entière des équipes éducatives, précise le gouvernement.
  • La création de Pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL). Il s’agit d’équipes d’accompagnants à temps plein qui permettront de mieux s’adapter aux différents besoins des élèves, notamment par rapport à leur temps scolaire et périscolaire.

Ce qu’il reste à faire ?

Le ministre de l’Education nationale et la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées Sophie Cluzel espèrent d’ici 2022, fin du quinquennat d’Emmanuel Macron :

  • aménager les épreuves des examens (bac, brevet, CAP…) afin qu’elles soient plus adaptées et qu’elles prennent davantage en compte les différentes formes de handicap,
  • que le parcours de formation des élèves sourds soit diversifiés grâce à la création d’un pôle d’enseignement pour les jeunes sourds dans chaque académie,
  • la création de 250 ULIS en lycée
  • la création de 180 Unités d’enseignement en maternelle autisme, ainsi que 45 unités élémentaires. Pour rappel, les académies de Versailles, Toulouse, Rouen, Amiens et Lyon ont commencé à expérimenter ce dispositif à la rentrée 2018.

Rappelons que le gouvernement a déjà mis en place quelques mesures à la rentrée 2018, notamment : la création de plus de 3000 postes supplémentaires d’accompagnants à temps plein, l’assouplissement des conditions de recrutement (les postes ont été ouverts à tout candidat disposant d’une qualification ou de prérequis lui permettant d’accompagner des élèves en situation de handicap et ne se limitent plus aux titulaires d’un diplôme de niveau 5 dans le domaine d’aide à la personne). Un numéro vert a également été mis en place pour les parents n’ayant pas trouvé de solutions pour la scolarisation de leur enfant. Ces derniers peuvent s’adresser à la cellule Aide handicap école au 0 800 730 123 (du lundi au vendredi, de 9h à 17h), mais également à la Direction des services départementaux de l’Education nationale de leur département. 

La vaste concertation engagée depuis 2018 a donné lieu à des propositions, remises au ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer ainsi qu’à la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées Sophie Cluzel lors du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) ce 11 février 2019. Un plan d’actions détaillant l’ensemble des mesures retenues sera présenté courant mars.

journaldesfemmes.fr

 

Commentaires fermés.